PRISE DE PAROLE EN PUBLIC

Souvent considérée comme le dernier investissement utile dans de nombreuses entreprises, la communication ou l’art de parler de soi-même, de son activité et de ses projets de développement est un redoutable levier à actionner pour atteindre ses objectifs.

 

Parler en public, hiérarchiser ses messages-clés, faire court et sans jargon, intéresser son auditoire tout en réduisant son stress et son trac… est-ce possible ? La réponse est oui ! Car bien sûr, votre objectif est d’être entendu et compris. Mais aussi d’inspirer confiance auprès de vos collaborateurs, vos partenaires, vos fournisseurs, vos clients, vos investisseurs, votre banquier. La confiance est un levier de croissance.

 

Soyons concrets. Conseils pratiques.

Avant votre prise de parole

 

Souvenez-vous de l’histoire de cette jeune comédienne qui se vantait de ne pas avoir le trac sur scène. Sarah Bernhardt lui répondit : « Ne vous en faites pas, le trac, cela viendra avec le talent !». Le trac est effectivement utile comme moteur pour se dépasser, mais il ne doit pas devenir paralysant. Le trac n’est pas une faiblesse si vous vous êtes préparé. Quelques exercices de respiration peuvent s’avérer utiles par exemple. Mais c’est loin d’être suffisant. Votre intervention ne doit pas laisser de place à l’improvisation. Vous devez maîtriser vos messages et les avoir « en bouche ».

 

Préparation

 

Il vous faut, avant tout, définir les principaux messages à communiquer. Puis les hiérarchiser (placez le plus important en tête). Enfin, vous construirez une histoire avec ces messages, afin d’aller du point A au point B sans perdre l’attention de vos auditeurs. Soyez logique et cohérent dans l’enchaînement de ces messages-clés. Racontez une histoire qui tient la route. Et souvenez-vous que « Blanche Neige ne rencontre pas le Prince Charmant avant d’avoir croqué la pomme ! ». Soignez vos premières phrases, elles doivent « accrocher » l’attention du public. Et donc être courtes et percutantes.

 

 

Pendant votre intervention

 

Vous êtes à 100% devant votre public. 80% de votre concentration concernent votre discours et vos messages. Les 20% restant s’orientent sur votre expression verbale : prononciation, diction, sourire et respiration. Vous devez respirer toutes les 7 syllabes - technique de radio - sinon le manque d’air entraînera du stress « panique ». Attention à votre posture (se tenir droit, regarder régulièrement le public, et, si vous craignez le regard des autres, regardez une personne de confiance. Ou mieux : regardez le fond de la salle !


LES 10 COMMANDEMENTS

 

1. Ne vous sous-estimez pas : osez !

 

2. Le « bon » trac (ou stress) permet de se surpasser

 

3. Une bonne préparation est obligatoire

 

4. Racontez une histoire

 

5. Soignez particulièrement votre introduction

 

6. Respirez en respectant la ponctuation

 

7. Changez de sujet toutes les deux minutes

> Ou travaillez des capteurs d’attention

 

8. Soignez votre conclusion

 

9. Pensez à votre posture et votre diction

 

10. Pas d’autodénigrement. Vous serez encore meilleur la prochaine fois !

Introduction

 

Soignez particulièrement le début de votre intervention, à l’image d’un chanteur qui commence son concert en faisant une entrée remarquable devant son public. Cette entrée doit être révisée, relue et maîtrisée. En effet, si vous butez dès la première phrase, une charge émotionnelle vous envahira et mettra peut-être à mal le reste de votre intervention. 

 

Développement

 

Pensez à changer de sujet ou à faire une relance toutes les deux minutes. Le public se lasse très vite. Passez d’un message à l’autre ou captez son attention en posant une question, sans attendre de réponse bien sûr. Par exemple : « vous vous demandez pourquoi je vous dis cela ? Eh bien c’est parce que… ». Cela s’appelle un capteur d’attention.

 

Pensez à respirer en respectant la ponctuation. Un point en fin de phrase doit marquer l’arrêt de la parole pour respirer et non pas donner lieu à des « eeeeuuuuhhhh » interminables.

Enfin, évitez absolument de lire vos slides. Si vous êtes obligé d’en diffuser, privilégiez les images ou mots-clés et non les phrases longues. Le cerveau humain a du mal à lire et écouter en même temps !

CONCLUSION 

 

Préparez soigneusement votre conclusion, en reprenant par exemple une idée forte de votre discours ou en communiquant une nouvelle information capitale qui marquera les esprits. 

La conclusion est l’élément que votre public retiendra le mieux.

 

Après votre intervention

 

C’est un exercice difficile, alors évitez de vous juger négativement. Gardez en tête les éléments positifs, ils vous serviront pour la suite car ils viendront s’ajouter à d’autres « bons moments ». Cela afin d’améliorer constamment la qualité de votre prise de parole. Dans le jargon médiatique, nous parlons souvent de « média-training ». Ce training (entraînement) est la clé de votre réussite.

 

Enfin, prendre des cours de théâtre, chanter dans une chorale et même se faire accompagner, dans le cadre d’une formation et d’un entraînement : toutes ces activités peuvent être très utiles pour obtenir des résultats rapides.  Vous réduirez ainsi votre trac, mais pas trop, car n’oubliez pas : il fait partie de votre talent.